L’importance des espaces verts du Sud-Bénin

Le Bénin avec ses 114 000 km2 de superficie est doté du Nord au Sud d'une variété de reliefs, sols et zones climatiques qui favorisent une végétation diversifiée et utile sur le plan médicinal, écologique, urbanistique, et socio-économique (Lamontagne, 2013). Dans le présent article nous nous intéressons à l’importance des espaces verts au Sud-Bénin.

1. Atouts du Sud-Bénin

Le relief du sud Bénin est peu accidenté … Il est composé en majorité de sols hydromorphes, ferralitiques et ferrugineux tropicaux (Blalogoe,2014).

Le tableau ci-après présente les caractéristiques et les avantages de ces différents sols. (Amontcha, Djego, Lougbegnon, Sinsin, 2017)

Chacun des sols décrits présente des caractéristiques propres qui, à la faveur d'un climat abordable et d'un apport d’engrais et de compost, permettra le développement durable des différents végétaux

Le Sud-Bénin est caractérisé par un climat de type subéquatorial humide c’est-à-dire deux saisons pluvieuses et deux saisons sèches.

  • Les saisons pluvieuses sont composées d’une grande saison pluvieuse de mi-Mars à mi-Juillet avec une pluviométrie de 700 à 800 mm et d’une petite saison pluvieuse de septembre à mi-novembre avec une pluviométrie de 400 à 500 mm.
  • Les saisons sèches sont composées aussi d’une grande saison sèche de mi-novembre à mi-mars et la petite saison sèche de mi-juillet à aout. Les températures pendant les saisons sèches varient entre 30 et 350.
  • L’harmattan, un vent sec et froid qui souffle de décembre à février. Il provient du Sahara et du Sahel ; il draine avec lui énormément de poussière causant par la même occasion de nombreuses maladies touchant de manière presque épidémique toutes les couches de la population, du nouveau-né au vieillard. La présence des espaces verts amoindrit un temps soit peut cette poussière.
  • L’avantage du Sud-Bénin est la proximité de l’océan atlantique.

L’abondante pluviométrie permet le développement végétal, l’alimentation des réserves souterraines des plans et des cours d’eau tels le lac Nokoué (150 km2), la lagune de Porto-Novo (35 km2), la lagune de Ouidah (40 km2), le lac Toho (15 km2) (Texier,1980 et Blalogoe, 2014). Pendant les saisons pluvieuses, il y a des inondations marécageuses durant lesquelles l’évacuation et l’infiltration des eaux ne se font pas aisément. Une récupération de ces eaux dans les bacs installés dans les espaces verts permettrait leur utilisation pour l’arrosage des plantes et autres activités nécessitant un apport hydraulique. De même, la pulvérisation contre les moustiques et autres insectes serait souhaitable pendant les saisons pluvieuses. On pourrait aussi couvrir ces bacs d’eau par de larges moustiquaires afin que les moustiques naissants de ces eaux y restent et y meurent.

La végétation du Sud-Bénin se décline comme suit :

  • les cocotiers à cause de la proximité de l’Océan Atlantique;
  • les cultures maraichères telles que la laitue, les carottes, concombre, choux, poivron, haricots, verts, etc…;
  • les arbres fruitiers : avocatiers, manguiers, papayers, pastèques, chapotiers, bananiers, etc…

2. Différents espaces verts existants au Sud-Bénin (Grand Nokoué : Cotonou, Ouidah, Porto-Novo, Abomey-Calavi, Sèmè-Kpodji)

De nombreux espaces verts existent déjà dans le Sud-Benin. En considérant l’exemple des villes du Grand Nokoué selon l’étude réalisée par SINSIN et collaborateurs :

  • Les 5 arrondissements de la Commune de Porto-Novo ;
  • Les arrondissements de Sèmè-Podji et d’Agblangandan;
  • Les 13 arrondissements de la commune de Cotonou ;
  • Les arrondissements d’Abomey-Calavi et de Godomey ;
  • Les arrondissements de Ouidah

3. Freins à l’expansion ou à la création des espaces verts (Appartenance des terres aux autochtones, construction de plus de bâtiments, moindre importance des espaces verts pour les populations par manque d’habitude, disponibilité de grandes cours à domicile, insuffisance de financement etc…)

Dans les villes, les bâtiments sont construits côte à côte laissant juste la place aux voies et aux espaces verts installés par la préfecture. Avec les nouveaux préfets, il est à espérer une augmentation des espaces verts au regard des opérations de libération des espaces publics qui ont été engagées à l'encontre des populations installées anarchiquement sur les trottoirs pour leur commerce ou dont la façade des maisons empiétaient sur le domaine de l’Etat.

4. Avantages des espaces verts (bibliothèques à ciel ouvert, parcs de promenade, parcs d’attraction, parcs de développement et d’apprentissage des jeux de société, réduction de l’âge de scolarisation permettant aux enfants de se recréer jusqu’à la maternelle ou la première classe etc…)

Les espaces verts sont des lieux de bien-être pour toute la famille. Pour les enfants à bas âge n'allant pas encore à la maternelle ou la crèche ; ils peuvent y jouer si les pourtours des parcs sont sécurisés, que des toboggans et des balançoires y sont installés, des jets d'eau pour le rafraîchissement du corps et l'hydratation pendant les périodes de chaleur intense.
Pour les enfants déjà scolarisés et les adultes, des bibliothèques à ciel ouvert peuvent être créées. Ainsi, des séances de lecture et de commentaire d’ouvrages littéraires peuvent se faire, permettant de profiter de l'ombre des arbres, des chants des oiseaux et, pour les écrivains, un boost pour l'inspiration.
Les vendeuses et vendeurs ambulants populaires au Bénin peuvent y trouver une aire de repos et pourquoi pas de ventes.

Les personnes âgées et les enfants pourront y faire leur promenade, occasion propice pour communiquer et transmettre des conseils de sagesse. Des tables jeux de dame tracés dans du béton, des jeux de Ludo, et des jeux d'Adji, auront toute leur utilité dans ces espaces. De même, des terrains de tennis, de basket-ball, de volleyball et de handball accessibles gratuitement, permettront aux populations environnantes de venir s'y recréer.

Les espaces verts sont aussi des endroits où les fonctionnaires et travailleurs peuvent venir se détendre et déjeuner pendant leurs pauses les jours ouvrables, et organiser des pique-nique les week-end ou les jours fériés.

Les espaces verts ont une fonction écologique… L’Organisation Mondiale de la Santé recommande 10 m2 par habitant.

Cotonou, avec une population d’environ 800 000 habitants, devrait disposer d'approximativement 0,8 km2 d’espaces verts.
Dans la majorité des espaces verts le métrage par habitant est suffisant…

Ces dernières années, de nombreux espaces verts sont aménagés progressivement avec la libération des abords de la voie publique et l’interdiction d’organisation des cérémonies privées sur la voie publique. On peut citer la Place de l’Etoile Rouge, la Place des Martyrs, la Place Québec, les espaces verts aménagés à Houéyiho et à Missèbo, l’ Espace Afriland de Fifadji etc...

L’Association des Ingénieurs des Villes de France (AIVF) a reconnu en 1995, l’existence de 12 espaces verts (Bouge, 2009) :

  1. Parcs et squares ;
  2. Espaces verts d’accompagnement des voies ;
  3. Espaces verts d’accompagnement de bâtiments publics ;
  4. Espaces verts d’accompagnement des établissements industriels et commerciaux ;
  5. Espaces verts des établissements sociaux et éducatifs par exemple les jardins des crèches, des maisons de retraite ;
  6. Espaces verts des stades et des centres de sport ;
  7. Cimetières ;
  8. Campings, aires d’accueil, villages de vacances ;
  9. Jardins familiaux ;
  10. Etablissements horticoles ;
  11. Espaces naturels aménagés ;
  12. Arbres d’alignement à l’unité sur la voirie publique, groupés ou non. (Amontcha, Djego, Lougbegnon, Sinsin, 2017).

5. Perspectives

Expansion progressive des espaces verts vers le centre et le Nord du Bénin en profitant des forêts déjà existantes par exemple, du Sud vers le Nord nous avons :

  • Forêt de Djigbé, la forêt de Ko (Forêt de la Lama), Forêt d’Agrimé, forêt de Dan, forêt d’Atcherigbé, forêt de Ouari Maro au Centre du Bénin ;
  • Forêt de Kêtou, forêt du Dogo, forêt de l’Ouémé-Boukou, irriguées par le fleuve Ouémé au Centre-Est du Bénin ;
  • Forêt d’Agoua, forêts des monts Kouffé, forêt de Penessoulou au Centre-Ouest du Bénin ;
  • Forêt de Toui-Kilibo, forêt de Tchaourou au Centre-Ouest irriguées par le fleuve Okpara et ses affluents ;
  • Forêt de l’Ouémé supérieur ;
  • Forêt de Tchatchou Onkana ;
  • Forêt des trois rivières;
  • Forêt de la Sota au Nord-Est;
  • Parc National de la Pendjari ;
  • Forêt de l’Alibori Supérieur.

Le développement des espaces verts dans nos sociétés actuelles ne peut être réel que si chaque habitant y met du sien. La plantation des arbres chaque 1er juin, pendant la journée de l’arbre, pour inculquer la culture de la préservation de l'environnement à la génération montante. la plantation d’un arbre en remplacement de chaque arbre coupé. L’entretien des arbres est aussi indispensable que l'entretien des êtres vivants. Ils ont besoin d’être nourris par des engrais et traités s’ils sont malades. La présence des espaces verts permet de lutter contre la pollution de l’air qui est constitue un véritable fléau dans nos villes.

Partager sur

Leave A Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *